L’unité TVA: à jamais unis ?

En 2017, l’unité TVA fêtera ses 10 ans en Belgique. Le but du présent article n’est pas de vous inviter à fêter cet anniversaire, mais à relancer quelques questions importantes concernant les unités TVA existantes.

1. La création d’une unité TVA

Depuis le 1er avril 2007, la loi belge prévoit la possibilité, pour les assujettis à la TVA établis en Belgique qui sont indépendants les uns des autres sur le plan juridique, mais entretiennent des liens étroits sur les plans financier, économique et de l’organisation, de former une unité TVA et d’être considérés ainsi comme un seul assujetti à la TVA. Ce statut unique a pour caractéristique majeure que les prestations entre les membres (de l’unité TVA) échappent au champ d’application de la TVA et que le droits de déduction ne s’appliquent plus au niveau des membres, mais au niveau de l’unité sur la base des prestations que l’unité TVA fournit aux tiers (non-membres). 

Compte tenu des possibilités d’optimisation ainsi créées, quantité de groupes d’assujettis liés entre eux ont tenté après 2007 et tentent toujours de former une unité TVA. Afin de constituer une unité TVA, les membres qui ont des liens entre eux doivent convaincre l’administration de la TVA des liens existants sur les plans financier, économique et de l’organisation.

Les liens financiers sont en principe prouvés par l’actionnariat, les rapports de contrôle et la répartition des droits de vote entre les membres.

Les liens sur le plan de l’organisation sont en principe prouvés par la présence d’une gestion commune des membres.

Les liens sur le plan économique sont en principe prouvés par les activités qu’exercent ces membres. Ces activités peuvent soit être de même nature, soit se compléter, ou encore être accomplies pour un autre membre.

2. Après la création – unis pour toujours ?

Dès que l’administration de la TVA a accepté la présence de ces liens, le statut d’unité TVA est accordé. Ces liens ne doivent cependant pas uniquement être présents au moment de la création ; ils doivent continuer à exister durant toute la durée de l’unité TVA. Cette condition de ‘durée’ fait cependant apparaître un risque latent.

Les caractéristiques sur les plans financier, économique et de l’organisation d’un ou plusieurs assujettis à la TVA et donc les liens qui en dépendent peuvent en effet changer au fil des ans… Par exemple, lorsque l’actionnariat passe à la génération suivante, lorsque les mandats d’administration ne sont pas prolongés, lorsqu’il est mis fin à certaines conventions…. avec pour conséquence que l’unité TVA n’a plus raison d‘être ou ne peut plus être maintenue sous sa forme actuelle, sans que les assujettis ne s’en rendent compte pour autant.

Cette cessation ou modification involontaire de l’unité TVA comporte des risques non négligeables. Tout d’abord, parce que l’optimisation visée ne peut être maintenue, alors qu’elle a continué à être appliquée à tort après la cessation involontaire. 

Un autre danger réside dans le fait que certaines obligations de la TVA n’ont pas ou pas correctement été accomplies. Ainsi, l’administration n’a pas été informée de la situation modifiée à l’égard de la TVA et les déclarations de TVA périodiques sont toujours introduites par l’unité et non par les membres, ce qui est injustifié vu qu’il a inconsciemment été mis fin à l’unité. 

Mais le plus grand danger réside dans le fait qu’il se pourrait qu’on ne procède pas aux révisions de la TVA pour les moyens d’exploitation existants. Lors de la cessation de ou la désaffiliation à l’unité TVA, il convient en effet de procéder, tant que le délai de révision n’est pas expiré, à une révision de la TVA initialement déduite grevée sur les moyens d’exploitation. Cette révision se fait tant dans le chef du ou des membre(s) sortant(s) que dans le chef de l’unité TVA. C’est notamment dans le chef de l’unité TVA qu’il convient de procéder à une révision négative. La non-exécution de cette révision négative peut entraîner le recouvrement ultérieur de la TVA à l’occasion d’un contrôle par l’administration de la TVA.

Lesdits risques et leurs conséquences peuvent toutefois être maîtrisés et limités, même après une constatation tardive de la cessation involontaire par l’assujetti à la TVA. Il convient dès lors de se demander, surtout lors de modifications structurelles au sein de l’entreprise, mais peut-être aussi maintenant, à l’occasion du 10ème anniversaire de l’unité TVA : notre unité TVA peut-elle toujours être considérée comme une unité TVA ? 

Tax & Legal Services
Le document de destination : une preuve alternative du transport de biens livrés à titre intracommunautaire
L’une des difficultés rencontrées lors de quantité de contrôles de la TVA consiste à fournir la preuve de l’exonération de la TVA pour des livraisons intracommunautaires. Si l’administration de la TVA n’est pas convaincue de l’authenticité du transport de marchandises vers un autre Etat membre, elle rejette l’exonération de la TVA avec toutes les conséquences qui s’ensuivent
Tax & Legal Services
Valorisation de l'usufruit : les changements se succèdent rapidement, ne ratez pas le train
L'usufruit est et restera un produit-phare pour structurer un portefeuille immobilier, sans plus. L'usufruit offre une protection idéale contre les conséquences catastrophiques d'une faillite, représente une valorisation supplémentaire de votre patrimoine en cas de vente de votre entreprise, donne un coup de pouce pour l'obtention de crédits bancaires à vos débuts, etc. En dehors de ces con
Tax & Legal Services
Un nouveau départ pour la déduction pour investissement ordinaire des PME
La Belgique est généralement connue comme un pays de PME, qui ont bien besoin d’un coup de pouce, vu la conjoncture économique actuelle. Afin d'encourager la politique d'investissement des PME, le législateur a « dépoussiéré » la déduction pour investissement ordinaire, restée inchangée dans la législation sur l'impôt sur les sociétés depuis 2007. Pour des investissemen
Tax & Legal Services
Ajouter une bonne cause dans votre testament, sans oublier vos héritiers
Depuis un certain temps, on peut lire dans la presse des conseils pour ajouter une bonne cause dans un testament. Évidemment, l’objectif premier est de soutenir ces bonnes causes. Mais saviez-vous que d'autres héritiers peuvent également en bénéficier ?
Tax & Legal Services
Les prêts hypothécaires dans la déclaration fiscale pour l’exercice d’imposition 2016 : l’écart (fiscal) entre les Régions se creuse
En 2015, particulier et conseiller fiscal on dû, pour la première fois, examiner pour chaque crédit logement si les avantages fiscaux fédéraux ou régionaux étaient d'application. Cette année, il convient de refaire cet exercice. Les différences entre les Régions se font davantage ressentir car elles ont chacune remanié les avantages fiscaux pour les crédits logement. 1. Avantag
Tax & Legal Services
Clés pour le travail des étudiants: les choses à faire et à ne pas faire
À présent que l’été approche, les étudiants seront nombreux à se chercher un travail de vacances. Si cette démarche est une quête pour l’étudiant concerné, il suscite une série de questions dans le chef de ses parents. L’étudiant est-il toujours à charge de ses parents ? Pour que les parents puissent bénéficier des réductions d’impôts liés aux enfants à charg
Tax & Legal Services
L'exclusion et le retrait, notions du droit des sociétés, comme alternatives à la liquidation (suivant le droit civil)
Mener à bien le divorce de conjoints impliqués dans une société veut dire qu'il faut tenir compte des règles du droit applicable au régime matrimonial et de celles du droit des sociétés. Il faut donc combiner deux différentes branches du droit afin de régler correctement le divorce, tout en respectant les intérêts de la société. 1. La longue durée d'une liquidation-partage (suiva
Tax & Legal Services
Le formulaire de déclaration à l’IPP pour l’exercice d’imposition 2016 publié
Le formulaire de déclaration à l’impôt des personnes physiques (IPP) pour l’exercice d’imposition 2016 (revenus 2015) est paru le 1er avril 2016. Voici un tour d’horizon des principales nouveautés de ce formulaire. Cadre IX.- Intérêts et amortissements en capital d’emprunts et de dettes, primes d’assurances-vie individuelles et redevances d’emphytéose et de superficie et re
Tax & Legal Services
Le crédit logement dans la déclaration à l’impôt des personnes physiques, exercice d’imposition 2015 : pour que les arbres fédéraux ne cachent pas la forêt régionale
La sixième réforme de l’État, qui confie aux Régions la compétence des crédits d’impôt et des réductions fiscales relatives aux dépenses liées à l’“habitation propre”, bouleverse la fiscalité et modifie en profondeur le formulaire de déclaration. Alors qu’il suffisait jusqu’ici de faire une seule fois la déclaration correcte de ses revenus immobiliers et de son crédit
Tax & Legal Services
Quel est le taux d'intérêt autorisé pour rémunérer votre compte-courant ?
Une créance d'un actionnaire ou d'un gérant vis-à-vis de sa société peut constituer un investissement très intéressant. En principe, les intérêts payés sur ce compte-courant sont déductibles dans le chef de la société, tout en sachant que l'administrateur/actionnaire n'est soumis qu'à un précompte mobilier de 25%. À quelles conditions ? Le principe Fiscalement parlant, un

Abonnez-vous à notre infolettre (Version Anglaise)